• Critiques

    Bonjour à tous dans la rubrique « critique littéraire »

     

    Avant, j'affectionnais la méthode "vieille école" pour écrire mes critiques littéraire. (À savoir : développement de l'auteur, description du roman puis ma critique.) Maintenant, j'opte pour un descriptif de mon avis que je développe d'une façon aussi professionnelle que je le peux.

    Mais je reste une mésange ! Et l'erreur est mésange, n'est-ce pas ?

    Toutes les images accompagnant les articles sont des couvertures du livre en question. En général je vais mettre celle de la version que j'ai lue. Mais si je ne la trouve pas, je vais mettre ma préférée. Il y a tellement de couvertures différentes, je trouve ça fantastique.

     

    Au-dessus de la critique, j'ajoute toujours la date d'écriture. Pour aucune raison particulière à présent mais j'aime bien.

     

    J'ajouterais que mon avis n'engage que moi. J'ai moi-même mes préférences et mes dégoûts. Par exemple, je déteste tout particulièrement le style d'Amélie Nothomb (mais j'y reviendrais).

    Bien sûr, je serais ravie d'avoir votre avis sur les livres que je critique ! Tant qu'il y a du respect, je suis toujours ouverte à la discussion!

     

    J'ajouterais que je prévois des "dossiers". Par exemple, développer pourquoi j'abhorre tel ou tel auteur, faire un rapport film/ouvrage, etc.

  • Voici la Table des matières qui vous aidera à naviguer aisément et à chercher les livres que vous souhaitez.

     

    À gauche, vous allez trouver les livres par ordre alphabétiques de l'histoire (les "les"/"la"/"le" etc. ne compteront pas)

    À droite, vous allez trouver les livres par ordre alphabétiques de l'auteur (nom de famille qui prime !)

    Au centre, vous trouverez les dossiers.

     

    /!\ Cliquez sur le titre du livre pour y aller !

     

     

    Bonne recherche ! ^-^

     

    Par titre

    L'affaire Caïus, Henry Winterfeld

    Another Note, Nioisin

    Antéchrista, Amélie Nothomb

    Appelez-moi Sam, Issa Aït Bélice

    Le Baiser de l'Ange - I L'accident, Elizabeth Chandler

    Le Baiser de l'Ange - II Soupçons, Elizabeth Chandler

    Le Baiser de l'Ange - III Âmes sœurs, Elizabeth Chandler

    La Bible du Crime, Stéphane Bourgoin

    Ça, Stephen King

    Les Catilinaires, Amélie Nothomb

    Chair de Poule : Attention chat méchant, R.L Stine

    Chair de Poule : La fièvre de la pleine lune, R.L Stine

    La Chasse au trésor, Raphaëlle Adam

     Le chant des Séraphins - I L'heure de l'Ange , Anne Rice

    Le chant des Séraphins - II L'épreuve de l'Ange, Anne Rice

    Les chats, Marie-Hélène Delval

    Les Chroniques de Narnia - I Le neveu du magicien, C.S Lewis

    Les Chroniques de Narnia - II Le lion, l'armoire magique et la sorcière blanche, C.S Lewis

    Les Chroniques de Narnia - III Le cheval et son cavalier, C.S Lewis

    Les Chroniques de Narnia - IV Le Prince Caspian, C.S Lewis

    Les Chroniques de Narnia - V L'odyssée du Passeur d'Aurore, C.S Lewis

    Les Chroniques de Narnia - VI Le fauteuil d'argent, C.S Lewis

    Les Chroniques de Narnia - VII La dernière bataille, C.S Lewis

    Les Chroniques de la Pierre de Ward - I L'apprenti épouvanteur, Joseph Delaney

    Les Chroniques de la Pierre de Ward - II La malédiction de l'épouvanteur, Joseph Delaney

    Les Chroniques de la Pierre de Ward - III Le secret de l'épouvanteur, Joseph Delaney

    Les Chronique de la Pierre de Ward - IV Le combat de l'épouvanteur, Joseph Delaney

    Les Chroniques de la Pierre de Ward - V L'erreur de l'épouvanteur, Joseph Delaney

    Les Chroniques de la Pierre de Ward - VI Le sacrifice de l'épouvanteur, Joseph Delaney

    Les Chroniques de la Pierre de Ward - VII Le cauchemar de l'épouvanteur, Joseph Delaney

    Les Chroniques de la Pierre de Ward - VIII Le destin de l'épouvanteur, Joseph Delaney

    Les Chroniques de la Pierre de Ward - IX Grimalkin et l'épouvanteur, Joseph Delaney

    Cosmétique de l'ennemi, Amélie Nothomb

    Covent Garden, Jean-Philipe Blondel

    Da Vinci Code, Dan Brown

    Le dernier des fous, Timothy Findley

    Les derniers jours de Pompéi, Edward Bulwar-Lytton

    Délicieuse enfant, Fanny Lalande

    Dracula, Bram Stocker

    L'Empereur - I Le Roi, Liane Silwen

    Entretien avec un vampire, Anne Rice

    Les enquêtes de Cormoran Strike - I L'Appel du coucou, Robert Galbraith

    Les Fantastiques aventures de Surcouf, Catherine Lacroix

    Le garçon qui avait avalé un bus, Nicolas Ancion

    Le garçon qui avait avalé son lecteur mp3, Nicolas Ancion

    Geisha, Arthur Golden

    Harry Potter à l'école des sorciers, J.K Rowling

    Harry Potter et la chambre des secrets, J.K Rowling

     Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban, J.K Rowling

    Harry Potter et la coupe de feu, J.K Rowling

    Harry Potter et l'ordre du Phoenix, J.K Rowling

    Harry Potter et le prince de sang-mêlé, J.K Rowling

    Harry Potter et les reliques de la mort, J.K Rowling

    Illusion d'optique, Sophie Ducharme

    In loving Memory, Manhon Tutin

    Le Parfum, Patrick Süskin

    Le petit prince, Antoine St-Exupéry

    Le pigeon, Patrick Süskind

    Une place à prendre, J.K Rowling

    Le Retour de l'Ange - I Le baiser, Elizabeth Chandler

    Le Retour de l'Ange - II La poursuite, Elizabeth Chandler

    Le Retour de l'Ange - III L'éternité, Elizabeth Chandler

    La route, Cormack McCormick

    Tarka, la loutre, Henry Williamson

    La Trilogie des fourmis - I Les Fourmis, Bernard Werber

    L Change the world, M

    Ma vie de Geisha, Mineko Iwasaki

    Une main encombrante, Henning Mankell

    Les mésanges de la Grande Marche, Gérard Delahaye

    Les Naufragés de la Méduse, Jacques-Olivier Boudon

    Que la bête meure..., Nicholas Blake

    Stupeur et tremblements, Amélie Nothomb

    U4 - Stéphane, Vincent Villeminot

    U4 - Yannis, Florence Hinckel

    La vie du Diable n'est pas facile, Martin Lemaire

    Le Violon, Anne Rice

     

    Dossiers

     

     

    Par auteur

    La Chasse au trésor, Raphaëlle Adam

    Appelez-moi Sam, Issa Aït Bélice

    Nicolas Ancion

    Que la bête meure..., Nicholas Blake

    Covent Garden, Jean-Philipe Blondel

     Dan Brown

    Les Naufragés de la Méduse, Jacques-Olivier Boudon

    La Bible du Crime, Stéphane Bourgoin

    Les derniers jours de Pompéi, Edward Bulwar-Lytton

    Elizabeth Chandler

    Joseph Delaney

    Les mésanges de la Grande Marche, Gérard Delahaye

    Les chats, Marie-Helène Delval

    Illusion d'optique, Sophie Ducharme

    Le dernier des fous, Timothy Findley

    Robert Galbraith

    Geisha, Arthur Golden

    U4 - Yannis, Florence Hinckel

    Ma vie de Geisha, Mineko Iwasaki 

    Stephen King

    Anne Rice

    J.K Rowling

    Le petit prince, Antoine Saint-Exupéry

    Liane Silwen

    R.L Stine

    Dracula, Bram Stocker

    Patrick Süskind

    Les fantastiques aventures de SurcoufCatherine Lacroix

    Délicieuse enfant, Fanny Lalande

    La vie du Diable n'est pas facile, Martin Lemaire

    C.S Lewis

    L Change the world, M

    Une main encombrante, Henning Mankell

    La route, Cormack McCormick

    Another Note, Nioisin

    Amélie Nothomb

    In loving Memory, Manhon Tutin

    U4 - Stéphane, Vincent Villeminot

    Bernard Werber

    Tarka, la loutre, Henry Williamson

    L'affaire Caïus, Henry Winterfeld

     


    votre commentaire
  • Écrit le 6/04/2015

    Another Note de NisioisinJe vais annoncer immédiatement la couleur : Je suis une fane inconditionnelle de Death note, c'est mon deuxième manga préféré et l'un de ceux comme j'estime comme les plus réussi. J'aime tant le style de Monsieur Ohba que de Monsieur Obata, mais j'y reviendrais !

    Another Note, vous l'aurez compris, je l'ai acheté en tant que fan et je l'ai déjà lu plusieurs fois (mais pas trop pour pas avoir envie d'écrire des fics à foison !). Je trouve que c'est un très bon livre en tant que fan et connaisseuse de l'univers. De la lecture que j'en ai, je pense que même comme ouvrage indépendant il serait très bon mais je n'en suis pas bonne juge.

    Bref : Le style est très agréable et même si je n'aime pas trop les narrateurs omniscient alors qu'ils font partie de l'histoire, cette fois-ci j'ai beaucoup aimé. Pourquoi ? Parce que Mello ne passe pas son temps à étaler tout ce qu'il sait qu'il va se passer. Parce qu'il ne coupe pas la lecture (ou par une ou deux phrases). Au contraire, les apartés et les explications sont très bien placés, en début ou en fin de chapitre. De tel sorte que, de toute façon, cette maudite page à tourner nous a déjà un peu brisé de notre haleine.

    Ce livre, lorsque je l'ai acquit,  je mettais beaucoup d'espoir dedans et je n'ai vraiment pas été déçue. L'écriture est fluide et les descriptions qui y sont faite sont presqu'aussi graphiques que les dessins des tomes originaux.

    Il est merveilleux de ce rendre compte comme la boucle est bouclée depuis le début de l'histoire à la fin. Entre le moment où Mello nous annonce "dans cette affaire, L prendra son nom de code Ryûzaki" et comment on y arrive. Les éléments s'enchâssent et, comme un vrai roman policier cette fois, on peut suivre le fonctionnement, essayer de réfléchir avec eux (bien que lorsqu'il s'agit d'un personnage aussi intelligent et abracadabrantesque que L, et de son pareil B, on sera d'accord pour dire qu'il est plutôt difficile de suivre le fil)

     

    Soit. Le roman est aussi prometteur que le manga et lire l'un ou l'autre est un véritable plaisir.

    Je me permets un tout petit aparté pour dire que tant qu'auteur que fanficeuse, j'éprouve pour Nisioisin de la jalousie ! Quel que soit qu'il ait été libre ou très encadré, qui ne rêverait pas de pouvoir officiellement écrire sur l'univers qu'il affectionne tant.

     

    Si vous connaissez Death Note, si vous connaissez cet univers ou pas, je serais ravie d'avoir votre avis.


    votre commentaire
  • Écrit le 30/03/2015

    Antéchrista de Amélie NothombAntéchrista... J'ai dû lire ce livre quatre fois et quatre fois me déplorer de ce style et de cette histoire. Je ne dis pas que l'idée est mauvaise. Au contraire ! C'est peut-être la seule chose qui vaut le détour ! Mais qu'est-ce qu'elle est mal exploitée. Amélie Nothomb essaie de faire une histoire sur les manipulateurs pervers, et si elle réussit assez sa Christa, Blanche est ratée sur toute la ligne. Elle se fait manipuler en deux secondes, il n'y a aucun étalonnage.

    Le personnage en lui-même est vide et change d'avis tout le temps pour servir les pensées anarchiques d'Amélie Nothomb durant le paragraphe abordé. Une fois elle aime Christa, une fois non, puis elle est jalouse, puis elle l'a hait, puis elle la plaint. Etc. Elle passe davantage pour une bipolaire stupide que pour une personne manipulée.

    Quant au style, il est, comme toujours, médiocre. Amélie Nothomb se complaint dans des phrases lourdes avec plein de mot compliqués pour montrer qu'elle a du vocabulaire. Mais quand elle nous lance d'un air pédant que "la métaphysie de Christa est anarchique" ou que sais-je encore, on est bien vite perdu. On ne comprends rien si ce n'est qu'Amélie Nothomb aime l'épate. Ce style des mots compliqués pour le plaisir d'en mettre plein la vue est déjà énervant d'habitude (surtout quand elle se trompe de mot ou qu'elle essaie de faire bonne impression en donnant d'autres références culturelles subtiles) mais c'est encore pire quand l'héroine à quinze ans. On ne peut pas croire que Blanche ait cet âge alors qu'elle emploie un tel vocabulaire.

    Bref... Je déteste cette histoire (vous l'aurez comprise) tant raté sur la forme que sur le fond. Avec des actions trop rapides, avec un style pédant et prétentieux, avec un vocabulaire extrêmement mal choisi et des personnages aussi vides qu'énervant.


    votre commentaire
  • Écrit le 6 Mars 2012

     

     

                Appelez-moi Sam, est l’histoire de Christina, douze ans au début du récit et plus de vingt-quatre à la fin. Elle raconte, au début, comment son père, arabe, s’est battu pour qu’elle obtienne la nationalité belge, puis, comment son père s’est à nouveau battu contre le cancer qui le terrassait.

    Appelez-moi Sam de Issa Aït Belice

     

     

                Appelez-moi Sam, est une histoire bien trop lourde, non pas dans l’histoire elle-même, mais dans l’écriture. Il y a bien trop de description parfois deux pages entières pour décrire une simple chambre. On a des détails inutiles tout le temps. On nous raconte le passé d’un homme dont on ne parle que pendant quatre pages plus ou moins. Au début de l’histoire, Christina à douze ans, mais étant donné que c’est Christina de plus de vingt-quatre ans qui narre, on est complètement perdu. On n’arrive pas à se plonger dans l’histoire comme on a l’impression qu’une gamine de douze ans parle aussi bien qu’une femme mûre. C’est un très mauvais contraste qui reste ancré jusqu’à la fin de l’histoire. Il y beaucoup de passage qui n’apporte absolument rien à l’histoire. L’histoire est supposé être celle d’un homme qui se bat pour devenir Belge et se faire appelez « Sam » mais finalement, ça devient l’histoire d’un arabe qui a le cancer. On ne fait plus aucune référence à son premier combat passé le premier chapitre. Quant à la fin, elle est tout simplement brouillonne. On avance par séquence, un paragraphe elle a quinze ans, un paragraphe elle en a seize. Elle raconte rapidement tous les éléments, comme si elle arrivait au bout de ses pages et qu’elle devait réussir à mettre toutes ses idées en ce nombre de page défini. Enfin, l’histoire installe quand même une atmosphère très triste tout le long de celle-ci et elle est brutalement cassée par un bonheur fou dans la dernière page. Je ne m’attarderais pas sur le passage de presque dix pages le père raconte ses idéologies religieuses en se répétant sans cesse. Je ne raconterais pas non plus comment la vie des personnes important nous est cachée. Ca ne suit pas le résumé, une histoire lourde, peu attachante et vide.


    votre commentaire
  • Écrit le 11 décembre 2014

    Ça fait environ 1 an que je regarde et que je lis des films et des livres d’horreur pour préparer un personnage fan du genre. C’est tout naturellement, après avoir vu le film et une longue discussion avec mon Escargot [lien de son blog ici] que je me suis intéressée au livre.

    Peut-être une des pires erreurs de ma vie. Il m’a fallut un peu plus de quatre mois pour finaliser cette lecture de deux volumes en un seul et de 1100 pages en tout et pour tout.

    Quatre mois de calvaire inimaginable…

     

    Ça de Stephen KingAu début, Stephen King nous présente sept personnages. Bill, le bègue. Eddie, l’asthmatique toujours malade. Ben, l’enfant enrobé. Beverly, la fille. Mike, l’homme de couleur. Stan, le juif. Et Richie, l’enfant qui n’a aucun talent mais croit en avoir. Avec un tel tableau, il est très aisé de s’identifier à l’un des personnages et à pouvoir pleinement vivre l’histoire. En particulier quand le thème du livre est la peur profonde. Prendre le livre en main et se dire « Et moi, que ferais-je en regardant Ça ? Affronterais-je ma peur ? » est gratifiant en soi et nous donne la sensation de vraiment pouvoir plonger à corps perdu dans l’ouvrage.

     

    Par soucis de simplicité, je vais décliner les sept personnages en un point individuel pour chacun.

    • À première vue, Bill est un enfant et A fortiori un personnage banal. Il a un tic, le bégaiement, qui l’handicape grandement et, lorsqu’il est adulte, il a une calvitie notable. Mais tous ses défauts ne sont en fait qu’un cache-misère. On croit voir un héros normal auquel on peut s’identifier mais on se trouve face à un égocentrique, égoïste à qui tout réussi. Son frère meurt « par sa faute » et il passe toute sa vie à essayer de le ramener et à se croire meilleur que les autres, comme lorsqu’il prend des cours pour devenir auteur et pense que ces professeurs sont moins bons que lui et qu’il a le droit de faire comme il veut. Là encore, d’une expérience de vie misérable, il devient un auteur célèbre, marié à une très belle femme et qui a presque tous les droits sur les scénarios des films. Il s’affiche même comme étant le leader indiscutable, c’est le cas de le dire. Dès qu’il dit un mot, on le met sur un piédestal et on ne discute pas ce qu’il dit. Comme s’il était un Dieu. Il se révèle même comme un véritable enfoiré, lorsqu’il décide de coucher avec Beverly sous l’immonde prétexte que « de toute façon sa femme n’est pas dans le même pays ». En somme, un personnage plaisant sur le dessus mais imbuvable sous la fine couche douce.
    • Eddie est un personnage beaucoup plus plaisant. Il est équilibré dans ses problèmes de santés. Il était névrotique lorsqu’il était jeune, à cause de sa mère, et il l’est toujours lorsqu’il est adulte. Il prend des médicaments à foison, il s’enlise dans des problèmes tout seul et c’est ce qui le rend si réel. Malheureusement, comme les autres personnages, il finit par se dégrader. Premièrement en obtenant le « don » de ne jamais se perdre quoi qu’il se passe et sans aucune explication (information jetée presqu’à la fin du livre par ailleurs) ensuite vis-à-vis de son comportement avec sa mère. Soudainement, il commence à agir avec lui comme s’il était l’adulte et qu’elle n’avait pas son mot à dire. Ce qui, pour un enfant est, à mes yeux, inadmissible et qui n’a, toujours à mes yeux, aucun intérêt.
    • Ben est peut-être un des personnages les mieux construits du groupe des gentils (ridiculement nommé par eux-mêmes « les ratés »). C’est un enfant qui a du surpoids, s’il est intelligent et soigneux, il a tout le temps des problèmes avec autrui. Ses talents d’architecte dans son enfance lui servent directement pour sa vie adulte ce qui développe une continuité normale. Si je lui reproche sa façon d’agir avec son professeur de sport (ce qui entraînera une perte de poids normale et bien expliquée) c’est un personnage aimant et qui pense toujours à autrui avant lui-même. Au point qu’on lui souhaite de pouvoir sortir avec Beverly et d’être heureux.
    • Beverly est certainement le personnage que j’aime le moins. D’abord attractive parce qu’elle semble se détacher de clichés par son côté un peu « garçon manqué » elle devient vite pire qu’un cliché. Elle agit comme le stéréotype de la fille et c’est tout. Elle veut être protégée, elle offre son corps à qui le veut et prétend qu’elle agit pour l’amour, elle ne pense qu’à ses frasques sexuelles. Bref, l’égérie rêvée de la femme pour un homme. Ses rares actions qui la sortent de clichés ne réussissent pas à l’extirper de cette sensation immonde qu’on a devant nos yeux le fantasme brut de Stephen King. Beverly est présentée, même à l’âge de 12 ans, comme un sex-symbol. Son père veut coucher avec elle (même si ce n’est pas dit tel quel, on le sent bien), ses camarades de classes veulent coucher avec elle, tout le monde veut coucher avec elle. C’est la plus belle femme au monde et tout le monde le reconnaît. C’est autant dégradant pour le personnage en lui-même, qui n’essaie que peu de se défaire de ces clichés, que pour la gente féminine.
    • Mike n’est pas un personnage qui se démarque réellement. On a réellement conscience de lui pour la partie « adulte » où il doit rassembler tout le monde et lors des intermèdes qu’il présente. Mis à part ça, le personnage n’a que peu de substance. Il n’agit pas non plus beaucoup et n’a pas beaucoup de présence dans le livre. À tel point que l’on se demande s’il n’était tout simplement pas là pour le quota de personne de couleur (un peu comme dans les séries anglaises). Personnellement, je pense que son rôle aurait pu être confié au personnage de Stan à qui il aurait fait beaucoup de bien. Les deux personnalités se seraient fondues l’une dans l’autre sans problème et Stephen King ne se serait pas embêté de deux personnages insignifiants qui alourdissent seulement quelques passages.
    • Stan, justement, est dépeint comme une personne bien sur elle, passionné d’oiseau et très sage. Il n’a d’ailleurs pas plus de personnalité que ça. Il agit à peine, il reste dans l’ombre et Stephen King le tue d’une façon qui, en fin de compte, ne colle pas avec le personnage. Stan est le premier à faire la promesse qu’ils reviendront pour tuer Ça en faisant le pacte du sang, à cet instant précis il se révèle comme fort et déterminé, bien qu’hésitant. Mais vingt-sept ans plus tard, c’est lui qui meurt. Son rôle se réduit donc à de la politesse et de la lâcheté. Rien de plus.
    • Richie est un personnage assez agaçant dans sa façon d’agir bien que j’aie tout de même apprécié son envie de faire des voix. De ce fait, il se démarque vraiment des autres personnages, comme dans la vraie vie. À l’instar de Mike et Stan, je trouve que comparé à Bill, Ben et Beverly (et un peu Eddie), il ne se démarque pas vraiment mais il est tout de même assez bien construit et à ses moments forts. Que je le comprenne ou pas, il a une vraie place notable dans le groupe des sept amis et il permet de débloquer beaucoup de scènes et de situations. Malheureusement, pour moi, ce personnage reste l’effigie d’un égoïste qui se croit meilleur que les autres et qui attire inutilement l’attention sur lui.

    Vous l’aurez compris, je n’apprécie pas particulièrement les personnages. Mais ce que j’apprécie encore moins dans ces personnages c’est leur relation. Ils ont une pseudo-amitié qui ne se résume qu’à ce nom. Stephen King a voulu qu’ils aient l’amour vache ou qu’ils soient capable de se taquiner l’un l’autre. En soit, l’idée n’était pas mauvaise. Mais ce qu’il en ressort, à la lecture, est que les personnages passent leur temps à s’insulter. Là où la situation devrait être comique ne me laissait qu’un sentiment de malaise et l’impression que, dans leur fort intérieur, tous les personnages se détestaient sans le dire. Les moments de pures camaraderies sont rares, ils se prennent souvent la tête ou ponctuent leur phrase d’insultes ou de propos odieux. Comment pourrait-on penser à une réelle amitié en de tels cas ?

    Ce que je déplore par-dessus tout, c’est que les gentils sont fades, insipides ou tout simplement imbuvables. Mais ce n’est pas un problème de Stephen King (à moins qu’il les ait pensé ainsi et alors je le félicite grandement) parce que les personnages de Henry et de Ça sont tout simplement parfait. L’un et l’autre sont capables de vraiment montrer leurs sentiments. Ça prouve bien sa peur face à la mort alors que Henry est capable de faire des excuses à ses proches. Tous deux n’ont que des rôles infimes et pourtant leurs ambitions et leur caractère est bien mieux dépeints que les héros qui ont pourtant eu le temps d’être développés et travaillés au rythme que le souhaite Stephen King.

     

    La façon dont Stephen King décide d’aborder le thème me déplaît particulièrement. En effet, il est rare qu’il nous offre l’histoire avec une temporalité décente. Je n’ai rien contre le fait qu’il sépare en 1958 et en 1984 mais plutôt du fait qu’il ait décidé de faire un million de flash back. Encore un ou deux flash back agréables par personnage aurait pu plaire. Malheureusement, Stephen King use déjà de flash back de leur forme adulte pour les projeter dans le passé mais même dans le passé, il fait des retours en arrière sur retour en arrière. Pire encore, ils n’ont que peu d’utilité surtout dans certains cas où les évènements pourraient parfaitement être traités dans l’ordre. De plus, certains retours en arrière, jetés au milieu d’une narration, nous perd complètement sur le récit en lui-même.

    Ce même problème se retrouve dans la dernière partie (si on ne compte pas l’intermède et l’épilogue) où pour un effet de style, qui aurait pu être intéressant, les phrases sont coupées au milieu. Si l’idée est intéressante, ça ne nous laisse qu’une sensation de vol. Une partie de l’histoire nous est tout simplement arrachée. Si la compréhension reste bonne, j’ai ressenti une sensation de coupure brutale à chaque fois qui me donnait envie de lâcher le livre.

    Le dernier problème notable de la narration en elle-même est, pour moi, les problèmes de temps. Dans certains moments, il écrit au présent la partie adulte pour écrire le passé… au passé. Puis il fait l’inverse, ce qui est des plus troublants. J’ai déjà eu l’impression que dans une même page l’histoire passait du présent au passé sans raison. Manque d’attention ou faute du traducteur me direz-vous ? Possible. Mais ça n’enlève pas que ce passage au passé et au présent (dans les passages réellement pensés ainsi) sont assez perturbant.

     

    À mon humble avis, l’horreur dans Ça met infiniment trop de temps à se mettre en place. Si l’attente se contente d’être longue au début, les passages d’horreurs sont de plus en plus long au début, le temps que chacun des personnages ait vu son pire cauchemar. Ce qui est intéressant en soit est en fait très long, en particulier quand il se passe absolument rien durant tous les moments où on attend au moins un peu d’horreur et de palpitation.

    Malheureusement, je trouve que les passages d’horreurs en eux-mêmes sont fades. Certains passages sont bien écœurant ou relativement gore mais pas saisissant qui nous font entrer dans l’effroi, tout du contraire.

    J’ai assez aimé les passages où les enfants voient des choses, comme du sang, mais pas les adultes. Si c’est assez lent et peu angoissant, l’idée donne beaucoup de profondeur au personnage de Ça et fait un rappel immédiat à la substance même du livre.

     

    Malheureusement, un des autres problèmes notables est qu’il y a des incohérences ou des choses non-expliquées. Par exemple, rien n’explique pourquoi réciter une phrase de diction ou avec une autre voix peut blesser Ça. Pire que cette explication qui n’est pas donnée et qui donne une sensation d’incompréhension et de brouillard, il y a le fait que des éléments sont soudainement jeté dans l’histoire comme s’ils avaient toujours été là alors que non. Comme si Stephen King avait eu l’idée en cours de route et n’avait pas pris la peine de l’ajouter avant (à l’instar des « bip-bip » à Richie qui ne sont jamais utilisés avant qu’on en parle mais qui deviennent tout à coup si courant après). Certaines incohérences, plus que notables se font même dans la même page ! Comme lorsque Beverly couche avec les six garçons et qu’il est dit que c’est la voix et la parole qui resserrera leur lien. Alors pourquoi les faire coucher ensemble alors qu’ils n’ont que douze ans ?!

    On en décèle encore d’autre. Lorsqu’on apprend que Ça est une femelle, que les héros parlent de Ça en elle mais que la narration se borne inutilement à parler d’elle en « lui » ce qui apporte même une désagréable sensation de flou.

     

    Pour en revenir au cas de Beverly, c’est un problème des plus importants pour moi. Parce que Stephen King ne se contente pas de soulever la pédophilie à ce moment-là, elle est constante dans le livre. Elle en est même dérangeante. Il ne s’agit pas d’un seul adulte qui a des pensées malsaines vers des enfants (bien qu’il y en ait bien un) mais de toute une ville, tout un univers, qui semble être plongé dans le syndrome de la pédophilie. Tom, le mari de Beverly, pense d’ailleurs que Beverly est très sexy car elle ressemble à une fillette. Un tel besoin de pousser la pédophilie en avant, en ce cas-là, ne sert absolument pas l’histoire. Au contraire, ça fait passer Stephen King pour un pervers sexuel qui a de graves problèmes.

    D’autant plus parce qu’il parle de sexe à tire larigot sans qu’on en ait besoin. Non, nous n’avons pas besoin de savoir à quoi ressemble le sexe de Stan. Non, nous n’avons pas besoin de savoir que ça fait « bander Bill » (pour reprendre les mots de Stephen King) de faire du vélo. Pas plus que ça nous intéresse de voir Beverly coucher avec Bill (et comme par hasard, elle a deux orgasmes à la suite. Ce qui est très normal me direz-vous) alors que ça n’a aucune utilité propre. Non, nous ne voulons pas voir des enfants se faire des choses. Bref, Stephen King semble assimiler horreur à sexe comme tant d’autre alors que ça ne fait que rendre plus lourd un roman qui n’en a nullement besoin. Ni au début, ni au milieu et encore moins à la fin.

     

    Le livre de Stephen King « Ça » nous apprend à battre nos peurs et à faire équipe pour faire face au danger. Il nous apprend le courage et à continuer de rêver, même adulte. Et si j’approuve ces messages, je trouve qu’ils passent très mal. Les idées de Stephen King ne sont pas mauvaises, au contraire, avoir fait de Ça, Grippe-sou un clown est même des plus ingénieux. Faire quelque chose basé sur l’imagination pure est une idée excellente en soi. Et faire deux fois les choses en les mêlant était des plus excellents. Mais toutes ces bonnes idées sont noyées sous des incartades, de l’inutilité et une narration bien trop longue. Pire, il a même copié-collé certains passages du passé pour le mettre dans le présent, ce qui donne l’impression que même lui n’en avait rien à faire de son roman.

    Une bonne idée, du potentiel… mais à mes yeux un échec flagrant et l’une des pire lecture qui m’ait été données de faire.


    votre commentaire
  • Écrit le 5/03/2015

    Danger, chat méchant !

    Chair de Poule de R.L StineEncore un livre lu dans le cadre de travail pour mes romans. Je me souviens de mon adolescence (pas si lointaine) où ces livres étaient, pour moi, le summum de l’horreur. Aujourd’hui, je redécouvre l’histoire avec non seulement moins de peur mais aussi un regard plus critique. Et après avoir lu des livres qui ont un vrai potentiel horrifique, je peux soulever que ces livres sont vraiment destinés aux adolescents impressionnables.
    Les éléments d’horreurs sont bien respectés et il y a beaucoup de suspens, mais le style est définitivement simple et trop gentillet.
    Ce que je reproche à ce récit, par contre, c’est qu’il ait utilisé bien trop souvent du style narratif "« - Mais, que fais-tu donc ?! » – Et je me rendis alors compte que j’étais en train de […] ". Ça marche une fois, peut-être deux, mais ça devient vite dérangeant et ça nous coupe dans notre lecture.

     

    Écrit le 18/03/2015

     Un autre ouvrage de R.L Stine de sa saga plus que connue "Chair de Poule". Mon avis reste leChair de Poule de R.L Stine même que le précédent. On sent le livre pour enfant, les chapitres sont courts, certes coupés de sortes que l'on ait envie de lire la suite, mais pour un adulte, relativement navrant. La simplicité du récit marche quand même et le dénouement est assez amusant.
    L'horreur ne prend pas grand place dans ce récit et j'ai dû plus d'une fois revérifier des informations pour tout comprendre mais le voyage reste plaisant.
    Je déplore juste les "Je fis [insérer une action] mais je n'aurais pas dû, comme je l'ai appris plus tard", ou cet effet de style qui, je trouve, casse toujours la lecture.


    votre commentaire
  • Écrit le 15/05/2015

    Cosmétique de l'ennemi de Amélie NothombCe livre de Nothomb est probablement le seul qui suscite en moi un peu d'intérêt. L'idée est ingénieuse. Et elle la développe d'une façon relativement intéressante. En effet, ce livre se déroule tel un dialogue entre deux protagonistes, un peu comme une pièce de théâtre. Heureusement ! Sans narration, Amélie Nothomb ne peut pas nous noyer sous sa narration surpeuplée de mot exagéré. On retrouvera quand même cette manie de caser le mot "métaphysique" même d'une façon sans queue ni tête. Le vocabulaire est donc plus simple et il est plus facile de s'y plonger.

    Même si j'aime l'idée ultime de l'histoire, je trouve que par rapport à l'idée principale de Texor Texel discutant avec sa victime, tout va trop vite. Tout perd de l'ampleur et l'intérêt retombe peu avant la fin.

    La fin en elle-même reste saisissante.

    Si je ne supporte pas Amélie Nothomb, voilà un livre qu'il me plaît à lire de temps en temps. Je souhaiterais quelle continue dans une voie pareille.


    votre commentaire
  • Écrit le 8 mars 2012

     

     

                Covent Garden est l’histoire de Clara, fille de famille aisée, qui a trois ami, Thibaut, gay, Pauline, la fille timide et Chloé, la fille délurée. Tout quatre sont riches et s’en vante. Mais tout va changer entre eux lors d’un voyage organisé à Londres. Clara va commencer à se remettre en question. Finalement, au cours de ce voyage, elle va faire un geste d’une grande envergure qui va changer toute sa vie, et sa façon d’être. Plus personne ne la verra de la même façon. Est-ce un bien ? Est-ce un mal ?

     

                Covent Garden est un livre écrit à la première personne. Ce n’est pas en problème en soi, mais si le personnage n’était pas aussi orgueilleux et narcissique cela serait certainement beaucoup plus plaisant. Elle nous fait croire que c’est une pauvre petite chose malheureuse alors qu’elle a pour les autres des pensées plus souvent négatives qu’autre chose. Elle se sent clairement au-dessus des autres, même si elle ne s’en rend pas compte. De plus, elle se laisse aller dans de longue description de ses amis, de sa maison, chose qui n’est absolument pas naturel. Qu’importe que ce soit elle qui parle, il n’est pas habituel de perdre des pages en description. Clara est un personnage particulièrement énervant. Elle se met toujours au-dessus des autres, elle le dit clairement, et quand bien même elle dit à un moment qu’elle est peut-être comme ses amis dans le fond, il n’empêche qu’elle les enfonce toujours. Même étant ami avec eux, elle se sentait supérieure, mais les suivait pour ne pas avoir à rester seul. Et chose la plus outrageante dans ce livre ce sont les « valeurs » qu’on vous inculque. NON. Ce ne sont pas des valeurs, c’est l’inverse. Des exemples ? Il n’y a que ça. A un moment donné, un personnage incite clairement deux des personnages à coucher ensemble dès le premier soir alors qu’ils ne se connaissaient QUE de vue avant et ce sont seulement rendu compte qu’ils se plaisaient alors qu’ils étaient à Londres. Ou encore ce moment où elle désobéit à son professeur et que ce dernier revient vers elle et lui dit Ô combien il est admiratif pour elle, qu’il aurait voulu pouvoir faire la même chose qu’elle à son âge.


    votre commentaire
  • Écrit le 13/2/2016

     

    Délicieuse enfant de Fanny LalandeDélicieuse enfant est décrit comme un huis clos mais n'en est pas vraiment un. À vrai dire, je vais être sèche mais cette histoire n'a rien pour elle... J'avais lu la fin comme il m'arrive souvent et avait découvert le dénouement qui m'avait poussé à continuer l'aventure jusqu'au bout malgré toutes les ombres. Et cette fin est mal amenée, n'a que peu d'éléments qui s'y réfère et semble tout d'un coup tout droit sortie du néant. Comme si l'auteur avait pensé à ce twist dans les derniers chapitres. La narration est passable mais il ne se passe rien, ou presque, pendant plus de la moitié de l'histoire et ensuite, on arrive dans une succession navrante d'actions répétitives et agaçantes.

    De plus, le personnage se prend pour un grand cuisinier et on a de longs moments où il passe son temps  nous décrire une recette de cuisine. Si je voulais en lire une, ce ne serait pas dans un roman. Et certainement pas de manière aussi agaçante.

    Quant au héros... Eh bien, non je ne peux pas m'attacher à un égoïste narcissique qui se croit mieux que tout le monde et qui tient à tout contrôler. Il passe son temps à faire l'apologie de sa propre personne et à s'énerver contre les siens car tout ne se déroule pas comme il l'avait prévu. Il se révèle même psychopathe sur les bords par instant juste pour tout contrôler. Et ça paraît tellement normal. Il n'en a presqu'aucun problème.

    Bref, une déception sur toute la ligne.


    votre commentaire
  • Écrit le 16/02/2015

    Dracula de Bram StockerDernièrement, lors d’une question à un jeu télévisé, j’ai appris que Dracula était classé dans les romans épistolaires. Ce qui m’a surpris ! Je déteste les romans épistolaires, j’ai adoré Dracula. J’ai donc pris le livre et me suit replongé dans l’aventure. Si douce et bien écrite que j’en ai oublié que c’était bien un roman épistolaire.

    Cette histoire a été écrite à la fin du dix-neuvième siècle et pourtant, j’ai été surprise de voir à quel point le langage était aisé. Certes, il y a quelques mots peut-être un peu plus difficile à comprendre mais si peu. Il est étonnant de voir qu’un roman a pu à ce point traverser les décennies, tant à cause de la forme que du fond. Et pourtant !

    Que l’on ait quatre-vingt ou vingt ans, que l’on soit du début du vingtième siècle ou du vingt-et-unième, tout est accessible à tout le monde ?

    Bram Stoker parvient à nous faire passer d’un personnage à l’autre avec aisance. On sent les différentes personnalités ce qui donne un aspect des plus vivants ! Et ce sont toutes ses personnalités qui font courir l’histoire dans un vrai jeu de ping-pong. On a plusieurs vues et si rien n’est écrit au présent, tout est pourtant très vivant.

    Certes, par moment, on a l’impression d’avoir moins de sentiments et je vois surtout le moment où Mina apprend la mort de Lucy qui semble tellement plat écrit dans un journal. Mais ce n’est qu’un journal, on peut comprendre quelques difficultés.

    On peut aussi pardonner les quelques aspects misogyne de l’histoire. Parce que, à l’époque, il n’y avait pas d’actes réellement misogyne.

    Si la fin semble un peu abrupt, elle est quand même bien ficelée et termine avec brio une belle histoire qui nous emmène lentement dans un univers emplit de découverte et de mythe.

    J’aime comme Bram Stoker a réussit à nous emmener dans différentes personnalités, la douceur, l’horreur, la passion, le dégoût, la gentillesse et la méchanceté. Chaque personnage est bien construit et plusieurs étapes du monde sont même décelées. On peut voir, par exemple, Lucy passer de la douceur et l’innocence à l’horreur et la volupté.

    Malgré certains aspects misogyne et d’autres quelques peu gentillets (pour ne pas dire « bisounours ») cette histoire traverse le temps avec beauté. Et elle le traversa encore.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique