• Paul et Bianca

    Encore un texte écrit dans le cadre d'un concours !

    Le premier paragraphe était imposé.



     

    — Il faut absolument que je trouve cette source ! » lâcha soudain Paul.
    Bianca sursauta. Puis se renfrogna. «  Paul et ses histoires » songea-t-elle. « C’est toujours comme ça avec lui. Je croyais pourtant qu’on était parti dans la montagne pour jouer. Qu’est-ce qu’il a encore inventé ? »
    Elle était si contrariée que, sans même s’en apercevoir, elle avait ralenti le pas. Paul s’agaça :
    — Allez, grouille !
    — Il fait chaud...
    — Trois mois que ça dure, arrête de geindre !
    — T’as douze ans, toi ! Moi, huit...Et puis mes chaussures...
    Elle s’essuya le front. Ses mèches blondes se collaient les unes aux autres. Il n’eut pas un regard pour elle, préféra pointer les champs, tout au fond de la vallée grillée par la canicule :
    – Les arbres...Tous en train de crever, les pêchers, les pruniers, les poiriers, les pommiers...
    C’est seulement là, sur le mot «  pommier » que la voix de Paul s’est adoucie. Pas étonnant : Paul raffolait des pommes. A ce moment-là, il a aussi eu ce bel œil décidé et noir qui faisait que Bianca avait envie de le suivre n’importe où. Même dans ses expéditions les plus folles.
    On était bien parti pour ça, il a ajouté :
    — La source, c’est un secret, Bianca ! Mais un secret très compliqué...Ma grand-mère m’a raconté, juste avant de mourir...
    Il pointa cette fois un rocher tout en haut de la montagne :
    — Là...

    Bianca se redressa en sursaut dans son lit, la main sur le cœur. Encore ce rêve. Cela faisait déjà vingt-quatre ans, pourtant, quoi qu’elle fasse, elle ne pouvait se dépêtrer de la froideur de ce cauchemar qui revenait inlassablement presque chaque nuit. Ça faisait douze ans qu’elle s’obligeait à dormir.
    La femme, maintenant âgée de trente-deux ans, roula sur le flanc afin de regarder l’homme qui était allongé à ses côtés. Aujourd’hui encore, elle aurait souhaité que ce soit Paul qui soit à côté. Pas qu’elle n’aimait pas Zach, au contraire... c’était juste qu’ils étaient bien trop différent, Paul et lui. Jusqu’à son physique. Si son ami d’enfance avait l’iris noire charbon et des cheveux châtains en bataille, lui avait une chevelure blonde vénitienne qui paraissait toujours parfaitement peignée, comme en cet instant. Ses yeux, quant à eux, étaient d’un bleu limpide.
    Elle-même avait vu les années la changée, bien trop.
    Bianca sortit péniblement de son lit puis se rendit dans la cuisine où elle fit le petit-déjeuner pour sa petite troupe.
    Elle venait de finir de poser les boîtes de céréales ainsi que le lait sur la table lorsqu’arriva son fils aîné. Jordan, âgé de douze ans. Il avait les cheveux de son père mais ses yeux à elle : d’un vert pomme très doux. Vert pomme qui aurait probablement pu faire chavirer le cœur de Paul. Ironiquement, sa fille, Jenelle, avait huit ans. Elle, par contre, avait ses cheveux blonds mais les yeux de son père.
    - Maman, fit Jordan en se servant généreusement de céréales aux fruits, ses préférées.
    - Oui, mon chéri ? questionna Bianca avec un sourire forcé.
    Elle n’aimait pas le matin, elle ne s’était jamais habituée à ce que les réveils soient si pénibles. Ce n’était pas étonnant qu’elle n’ait jamais fini ses études puisqu’elle n’était plus jamais arrivée à l’heure depuis qu’elle avait huit ans. C’était la raison pour laquelle elle était devenue femme au foyer. L’année passée, elle avait bien essayé de revenir dans le monde du travail... cela s’était soldé par une dispute avec Zach qu’elle préférait oublier.
    - J’aimerais bien partir en expédition cette après-midi, lui dit Jordan après avoir mâchouillé une grosse cuillère à soupe de céréales.
    - Une expédition ? sourit Bianca, faisant mine d’être intéressée.
    - Michael m’a parlé d’une source secrète !
    Bianca se figea lorsqu’elle entendit l’objet de convoitise de son fils. Elle entendait encore les mots de Paul résonner à son oreille. « La source, c’est un secret. » Elle s’obligea à sourire à son fils. Rien ne lui garantissait qu’il ait les mêmes désirs que Paul. Celui-ci avait entendu parler de cette source par sa grand-mère. Elle était la seule à la connaître, selon lui, et elle avait emmené ce secret dans sa tombe.
    Après elle, seule Paul et elle avaient connu cette légende. Jamais elle n’aurait parlé de cette maudite source à qui que ce soit ! Encore moins à ses enfants.
    - Je t’écoute ? s’obligea-t-elle à dire.
    Jason trépignait d’impatience, content que sa mère l’écoute. Pas que Bianca soit une mauvaise mère, juste qu’elle était souvent... ailleurs.
    - C’est Timmy qui m’en a parlé ! Il existe une source super secrète, il faut faire plusieurs choses pour qu’elle se dévoile. Mais... il faut aller au bon endroit !
    - Quel genre de chose ?
    Jordan regarda autour de lui pour s’assurer que personne ne les surprendrait avant de sortir un papier. Bianca s’approcha, retenant difficilement son expression d’horreur. L’écriture exécrable en moins c’était la même chose qu’avait Paul. La même formule, les mêmes symboles à tracés. Même la carte y ressemblait vaguement.
    Bianca ne pouvait qu’espérer que son fils ne trouverait jamais la source si la carte était trop loin de celle qu’avait Paul à l’époque.
    - Ça à l’air très bien, mon chéri, sourit Bianca en lui caressant affectueusement les cheveux.
    - Je vais aller avec Jennelle ! On en a parlé hier, expliqua-t-il.
    Bianca essaya de conserver le sourire sur ses lèvres ce qui s’avérait de plus en plus laborieux au fur et à mesure que Jordan lui racontait sa future expédition. Jamais une mère n’aurait souhaité que l’un de ses enfants tombent malade pourtant, elle était en train de le souhaité. Jennelle ne partirait pas sans Jordan et inversement.
    Elle aurait dû se sentir honteuse de désirer cela et pourtant, elle gardait cette ferveur.
    - Tu sais cette source va offrir « richesse » et « intelligence » à quiconque en boira ! sourit Jordan.
    - Cette source ne t’apportera que le malheur, pensa amèrement sa mère.
    Elle s’obligea une nouvelle fois à sourire alors qu’elle voyait des étoiles brillés dans les yeux de son fils.
    Bianca tourna la tête lorsque Jennelle arriva. Elle avait avec elle son sac à dos qui semblait déjà bien lourd. La femme n’eut aucun mal à deviner que c’était la cadette qui était chargé des vivres, ce qui expliquait sans doute où avaient disparus deux des six bouteilles d’eau en réserve et pourquoi il manquait mystérieusement un paquet de bonbon.
    - Nous partons en expédition, dit Jennelle sur le ton du secret.
    Sa mère lui offrit un faible sourire.
    - Mais vous devrez être revenu avant midi, d’accord ?
    - D’accord ! sourit Jordan.
    Il semblait persuadé qu’ils arriveraient avant le temps imparti alors que Bianca pensait l’inverse. On ne pouvait même pas lui reprocher d’avoir posé cette condition. Il était normal de vouloir avoir ses enfants pour le repas de midi avec elle.
    Elle les regarda manger, sans même toucher à son café, sans lait mais avec un sucre de canne. Elle espérait encore trouver une excuse quelconque, afin de prendre encore moins de risque.
    Zach arriva dans la pièce. Il embrassa les fronts de ses enfants puis vola un baiser à sa femme. Il s’assit puis tartina son toast de confiture.
    - Les enfants ont prévus de partir en expédition, prévint Bianca.
    - Comme c’est judicieux, sourit Zach. Vous allez battre des dragons ? rit-il.
    Bianca retint un soupir. Paul avait toujours des idées saugrenues mais il aurait approuvé que leurs enfants vagabondent. Peut-être même les aurait-il accompagnés en faisant semblant d’être un sorcier pour les guider. Zach rabaissait fréquemment l’imagination de leurs enfants. Pourtant, Bianca préférait les savoir dehors plutôt qu’à s’abrutir devant la télévision.
    Enfin, habituellement.
    Cette source ne la rassurait vraiment pas.
    - Non. Il n’existe pas de dragons, papa. Enfin pas vraiment, parce que le dragon de komodo...
    Jordan fit la moue, voyant que son père ne l’écoutait déjà plus. Bianca fit un faible sourire à ses enfants.
    - Filez, dit-elle à contrecœur.
    Elle attendit que ses enfants ait fini d’engloutir leur repas puis se soient éclipsés avant de se tourner vers son mari. Celui-ci mangeait son second toast, au chocolat cette fois-ci.
    - Je vais sortir, prévint-elle.
    - Où ça ?
    - Dehors, ce ne sont pas tes affaires. Tu dois avoir l’un ou l’autre match de football à voir, lança-t-elle, agressivement.
    Zach se leva, les yeux plissé. Bianca lui fit un faible sourire, presque sournois, avant de se détourner. Elle sortit par la porte qu’il y avait dans la cuisine. Des fois, elle se demandait pourquoi elle avait accepté d’épouser Zach. Il était beau certes mais il n’avait pas d’autres qualités pour lui. Plus le temps passait, plus elle regrettait.
    Bianca jeta un œil par-dessus son épaule pour s’assurer que son mari ne suivait pas, puis elle partit. Les enfants ne connaissaient pas le lieu, mais elle bien. Elle s’y rendait encore une fois par mois. Elle savait comment y aller vite et bien.
    Il y avait une chose qu’elle n’avait jamais fait qu’elle se devait d’accomplir avant qu’il ne soit trop tard.
    Bianca se mit alors en marche le long d’un sentier caché par les haies et autres brousses. En cette période de l’année, la végétation était particulièrement fleurie. Si Jordan et Jennelle pouvait prendre le temps de profiter, ce n’était pas son cas. Elle avançait en regardant devant elle pour pouvoir éviter les branches ou les cailloux.
    Après une demi-heure de marche, elle fut obligée de s’arrêter. Elle portait des chaussures à talons qui la faisaient souffrir, n’étant pas adapté à ce genre de chose. Elle ôta alors ses souliers qu’elle laissa dans un coin. Elle viendrait sans doute les rechercher au retour.
    Elle continua son chemin, se repérant avec le vieil arbre mort depuis trente ans, ou le petit lac qui était caché par de très hautes herbes.
    Au bout d’une interminable nouvelle demi-heure de marche, Bianca arriva au bout milieu d’un verger. Les pommiers laissaient voir une merveilleuse flopée de fruit mur. Elle en détacha une, bien verte, puis se dirigea vers une zone entre deux marronniers. Elle poussa les cosses dures et s’agenouilla avant de poser la pomme, là.
    Bianca se redressa ensuite puis vint jusqu’à la source. Elle était facile à trouver lorsqu’on savait où elle était. Il s’agissait d’une eau claire qui s’écoulait d’entre plusieurs rochers et venait dans cette cuve naturelle où la terre s’abreuvait lentement de l’eau.
    Le liquide n’avait rien de magique. A vrai dire, l’eau était particulièrement bonne, très pure et très claire. Si un investisseur avait trouvé cette source, il aurait pu trouver un endroit où le flot était plus grand et exploitable. S’il l’avait mise en bouteille, là, il aurait pu faire fortune.
    Bianca s’avança vers les pierres et entreprit de les bouger jusqu’à boucher l’écoulement de l’eau. Les pierres étaient très glissantes, couvertes de mousse. L’une était un peu rouge. Bianca eut la nausée mais elle s’obligea à la bouger, surtout qu’elle avait la taille idéale pour cesser le flot.
    La source gargouilla un peu, faisant glisser encore un peu de liquide. Enfin, il ne resta que quelques gouttes éparses puis cela cessa enfin.
    Bianca se tourna vers la zone entre les deux marronniers.
    - Ça ne doit pas te faire très plaisir. Mais ça y est... c’est fini...

    - Là...
    Paul s’était empressé de grimper la « montagne » qui n’était que le nom de cette colline emplie d’arbres. Il était, fou de joie, arrivé le premier en ce lieu. Il avait prit une branche de pommier pour s’enivrer de cette odeur avant de courir vers la source.
    Péniblement, Bianca l’avait rejoint. Elle était fatiguée. Elle courut toutefois jusqu’à Paul. Celui-ci était si content de leur trouvaille qu’il bondit sur les pierres et entreprit de faire une petite danse.
    Mais les pierres étaient mousseuses et glissantes.
    Il poussa un petit cri heureux.
    Bianca hurla de toute la force de ses poumons.
    Elle vit clairement Paul tomber. Il se tapa violemment la tête contre une pierre, le regard inerte, rivé vers une pauvre gamine de huit ans.
    - P... Paul...
    Elle n’eut aucune réponse.
    Un liquide rouge s’écoulait, se mêlant à la source qui perdit instantanément toute sa richesse et son goût. Quiconque aurait su que la mort avait sévi en cette source aurait perdu l’envie d’y boire quoi que ce soit.

    Bianca eut un pâle sourire en regardant la tombe de fortune. Un corps enseveli sous la terre qui s’était avéré très dur à creuser, qui lui avait fait saigner les mains, et une simple pierre qui servait de pierre tombale.
    La femme se tourna lorsqu’elle entendit les rires de ses enfants. Elle s’empressa de se cacher derrière le pommier.
    Bientôt Jordan et Jennelle arrivèrent, chacun portant une bouteille d’eau. Ils étaient fatigués, ayant probablement couru à certains moment pour arriver si vite.
    - C’est ici ? demanda Jennelle.
    - Oui. Mais... il n’y a pas de source.
    - Michael a menti, soupira-t-elle.
    - Désolé. Mais on s’est bien amusé ! Vient, on va raconter tout ça à maman !
    Jennelle opina fébrilement. Jordan jeta un regard autour d’eux avant de repartir, sa sœur sur ses talons.
    Bianca soupira lorsqu’ils furent éloignés. Elle revint dans la grande place avec un léger sourire.
    Elle avait fait son deuil aujourd’hui. Elle n’aurait plus jamais la crainte que quelqu’un meure de la même façon que Paul. Peut-être qu’elle pourrait même cesser de perdre son temps avec cette homme qu’elle n’avait jamais aimé. Elle ne serait plus obligée de se complaire avec Zach par peur de ne cesser de penser à Paul.
    Elle devait se résoudre au fait qu’elle ne pourrait jamais l’oublier. Par contre, elle pourrait oublier sa mort.

    © Angelscythe 2014

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :